Des bornes de réparation pour vélos semblent être en voie de pousser comme des champignons au Québec. Mordus de vélos, Jean Hébert et Diane Graveline, qui résident à Saint-Hyacinthe en Montérégie ont eu l’idée de concevoir, de fabriquer et de commercialiser un coffre à outils fixe destiné à dépanner les cyclistes.

C’est lors d’un voyage sur l’île de Porto-Rico dans les Antilles que le couple est tombé par hasard sur une borne de réparation pour vélos installée à proximité d’une pharmacie.

« À Porto-Rico, le trafic est tellement intense qu’il est préférable de s’y déplacer en vélo », indique Jean Hébert. « Cette borne nous avait dépannés et inspirés pour fabriquer un équipement similaire au Québec. Avec le recul, nous nous rendons compte que ce voyage a été payant », ajoute avec le sourire, Diane Graveline.

Designer d’intérieur, Diane Graveline a dessiné l’ensemble des pièces de métal qui composent la borne de réparation. Par la suite, son conjoint, qui est soudeur de profession, a fabriqué entièrement le prototype qui a servi au démarchage commercial.

Construite en acier, cette station de réparation est équipée d’un support à vélo, d’une pompe à air de conception allemande, d’une large gamme de clés, de deux tournevis et d’une paire de démonte-pneus. Un petit socle de métal a même été installé par les deux concepteurs pour y déposer de petites pièces ou une paire de lunettes de soleil.

Pour éviter que ces outils de qualité ne soient volés, ils sont indépendamment fixés à la borne par des câbles en acier inoxydable. Dernièrement, M. Hébert s’est rendu à l’emplacement où l’une des bornes a été installée cet été dans l’arrondissement Ville-Marie et aucun outil n’avait disparu.

« Je crois qu’il y a un respect pour les cyclistes. Une borne ne fonctionnera pas s’il y a du vandalisme. Je me souviens que dans un quartier défavorisé de Porto-Rico, tous les outils étaient encore en place. Là-bas, les gens n’ont pas d’outils, tout le monde va à la borne », raconte M. Hébert.

Les affaires roulent rondement pour ce couple qui ne manque pas d’idées. Créée l’an dernier, l’entreprise de M. Hébert et Mme Graveline a réussi à commercialiser jusqu’à maintenant 26 bornes de réparation (voir tableau).

« Je ne pensais jamais en vendre cet hiver. Pourtant, j’ai réussi à en commercialiser trois destinées à un complexe d’appartements situé dans la Cité du Multimédia à Montréal », souligne avec satisfaction Jean Hébert.

Pour le moment, 15 bornes de réparation sont en attente du feu vert de clients. « Nous avons eu des appels de Belgique, de France et de Toronto. Nous avons 30 soumissions en cours », précise Diane Graveline.

Biciborne se détaille hors taxes 1 885 $ et des frais s’appliquent pour l’installation et le transport.

Lieux d’installation du Biciborne (2016)

Mont-Tremblant       5

Mascouche    1

Parc Olympique de Montréal         2

Arrondissement Ville-Marie            3

Complexe de la Cité du Multimédia        3

Université Laval       2

Ubisoft           1

Granby          1

Sainte-Thérèse        3

Bécancour     3

Station de réparation de vélos

S'abonner
I agree to have my personal information transfered to MailChimp ( more information )
Recevez le magazine par courriel
Bonne lecture !