Pendant que tous les bulletins de circulation nous confirment que la dix direction ouest est bloquée dû à la neige qui commence à s’abattre sur la région, j’emprunte cette même route direction est pour me rendre au Mont Oford. La neige cesse lorsque j’arrive à Bromont, mais je sais qu’elle me suit et la journée s’annonce très bien. Le soleil brille tout au long de la route mais à peine le temps d’arriver et de débarquer mes skis pour me rendre à la billetterie que la poudre blanche commence déjà à étendre son tapis par-dessus les trente centimètres reçus lundi. C’est presque dix centimètres que nous recevons tout au long de la journée et les conditions de glisse sont extraordinaires.

Oford est le quatrième plus haut sommet du Québec et le plus élevé de l’Estrie. Ses trois montagnes et ses quatre versants qui comptent soixante et une pistes dont dix-sept sous bois sont toutes ouvertes aujourd’hui et les cinq remontées mécaniques qui nous y donnent accès sont sans aucune attente.

La surface est damée et recouverte de beaucoup de neige. Le choix de piste peut réconforter n’importe quel glisseur et pour ma part, la grande coulée est une de mes préférées. La quatre kilomètres du même mont nous offre aussi une vue imprenable du Mont Giroux et ne laisse aucun skieur indifférent.

Mais mon coup de cœur est sans contredit le Mont Alfred-Desrochers qui n’a que de la neige naturelle et je peux vous dire qu’il y en avait surtout dans la Cascade ou je me suis amusé comme un petit fou mais soyez sans crainte je ne le suis pas vraiment quoique quand il y a de la neige… Et je suis en mesure d’affirmer qu’aujourd’hui, de la neige, encore de la neige et encore plus de neige il y en avait à Oford. Donc si l’idée d’aller jouer dehors demain vous prends, n’hésitez pas et allez y car il y aura encore plus de neige pour les petits fous…