En novembre dernier, à l’occasion du lancement de la saison de ski de Voyages Gendron, j’ai eu plusieurs discussions avec Richard Dubreuil, ancien représentant à destination à Chamonix pour Voyages Gendron et maintenant ambassadeur au Canada pour Mont Blanc Natural Resort à Chamonix.

Comme je devais aller en Allemagne pour affaire, j’ai suivi ses conseils et j’ai réservé mon voyage d’une semaine à Chamonix. Mon choix s’est arrêté sur l’hôtel Pointe Isabelle, petit hôtel offrant une demi-pension (petit déjeuner et souper).

Chamonix est une petite ville de près de 9000 personnes. Les montagnes sont les plus hautes des alpes.  L’Aiguille du Midi est à une élévation de 3842m.  Le domaine skiable est grandiose, nous n’avons pas assez d’une semaine pour skier le tout.

Durant les deux derniers mois, j’ai regardé, avec agonie, les conditions météo et j’ai vite réalisé que la neige se faisait attendre. Ceci peut être un problème quand on réserve un voyage des mois à l’avance.  Néanmoins, il est finalement tombé une bonne bordée de neige une semaine avant mon arrivée.

Je suis donc parti de Munich dimanche le 22 janvier sur Swiss Air en direction de Genève, un court vol d’une heure seulement. À mon arrivée à l’aéroport, une camionnette m’attendait.  Après un court trajet de 100km, qui se fait en une heure et quart, je suis arrivé à Chamonix.  L’excitation était au maximum en regardant ces magnifiques montagnes.

Une fois dans ma chambre d’hôtel, je prépare mes vêtements de ski pour les prochains jours. En soirée, je rencontre le représentant à destination de Voyages Gendron, Michel Chevret, guide à Chamonix.  Il viendra skier avec moi lundi, un service que Gendron offre à ses clients.  Il est rassurant de faire ses premières descentes avec une personne qui a beaucoup d’expérience à Chamonix.  Michel et Richard m’ont aussi référé à Philippe Pouts, un guide expérimenté en haute route.  J’irai en faire deux jours durant mon voyage.  La traversée Chamonix-Zermatt est un produit que Voyages Gendron offre que je veux faire dans deux ans (pour mes 50 ans).  Étant ici, j’aurai la chance de l’essayer et de voir à quel niveau de touring je suis, et ce que je devrai améliorer d’ici le voyage de 7 jours en hautes montagnes.

Lundi matin, Michel me rejoint à mon hôtel, après le petit déjeuner.  Nous nous rendrons, par autobus, au téléphérique Brévent-Fléchère, où un grand domaine skiable nous attend.  Il y avait beaucoup de skieurs à la base, mais l’attente fût très courte.

Nous avons eu la chance d’être assis avec des soldats en formation de montagne (ils portent les manteaux blancs).

À l’arrivée en haut de la montagne, après deux remontées, j’ai été très surpris de voir qu’il n’y avait presque personne sur les pistes. Le domaine étant vaste, on ne voit pas grand monde.  Même chose à toutes les remontées mécaniques, jamais d’attente.  Il faut mentionner que nous sommes un jour de semaine, et loin des achalandages de la relâche scolaire.

Michel Chevret et moi

Sur les pistes, on peut ressentir le manque de précipitations. Les pistes ressemblent beaucoup aux pistes de Tremblant : surface durcie avec des plaques de glaces.  Certains se demanderont, pourquoi aller si loin pour avoir les mêmes conditions qu’à la maison?  Ne pas oublier que j’étais déjà en Europe, et que je suis ici pour la haute route.  Mais aussi, le dénivelé, la longueur des pistes et leurs niveaux de difficulté vous font facilement oublier les conditions de glisse.  En 3 heures j’ai fais 15km de descente sur plus de 3000 mètres, et ce, sur seulement 6 descentes.

Comme je vais faire de la haute route mardi, j’ai décidé d’écourter ma journée de ski pour ne pas être amoché durant 8hrs de touring le lendemain.

J’en ai donc profité pour aller à l’Aiguille du Midi. Ce téléphérique est vraiment remarquable.  2800m de dénivelé en 20 minutes.  Je suis arrivé en haut avec un bon challenge.  Le vertige et le souffle très court.  Pas facile de s’acclimater pour la première fois.  J’y suis resté pour quelques minutes et je me promets d’y retourner plus tard cette semaine.

Le restaurant de l’hôtel est phénoménal. La nourriture est excellente.  Le service est rapide et courtois.  Je vous le recommande.

Une bonne rencontre ce soir avec mon guide pour planifier le trajet de demain, vérifier la liste des items à apporter et que tous les accessoires de sécurité sont préparés. Mon guide, Philippe Pouts, un militaire à la retraite a passé sa carrière militaire secouriste en haute montagne (par hélico, motoneige et à pieds).  Il est aussi guide et moniteur de ski à Chamonix depuis 1991.  Je suis entre bonnes mains.

Mon sac à dos est prêt, ainsi que mon Arva, mon piolet, mes crampons, mes couteaux à glace et mes peaux d’ascension, sont tous prêts pour demain matin. Nous emprunterons les remontées Lognan et celle des Grands Montets pour skier le glacier d’Argentière.

Nous reviendrons par la suite sur la piste du point de vue et nous continuerons de skier jusqu’à la base de la montagne. Grosse journée en perspective!