“J’ai un hiver qui ne veut pas mourir.” C’est la voix de René Martel que j’avais en tête vendredi en voyant tomber encore plus de neige. Je comprends l’impatience de la plupart des gens qui n’en peuvent plus, même moi, malgré mon amour de l’hiver, j’ai hâte de sortir la moto, et de faire mon jogging les cuisses à l’air, mais bon, on a de la neige en masse aussi bien en profiter.

Allons donc voir du côté de La Réserve de quoi cette fin mars 2017 est faite. J’avais adoré ma première visite à cette montagne de Saint-Donat en 2015 et j’avais hâte d’y retourner. C’est difficile à expliquer pour les non-skieurs (ces étranges créatures), mais chaque montagne a sa personnalité, je dirais même une culture qui lui est propre, et je ne saurais trop expliquer pourquoi précisément, mais je me sens chez-moi à La Réserve. Autant par la montagne elle-même, les paysages pour s’y rendre, les skieurs qui la fréquentent; même si ça ne fait que deux fois que je la visite, je me sens en terrain ami.

Beaucoup de skieurs ont profité de la magnifique température, l’ambiance est festive. En route, au petit matin, la neige accrochée aux arbres et aux granges de la région de Mirabelle, avec une très fine brume et un mince plafond nuageux tout bas, donne l’impression de voyager dans un tableau de Jean-Paul Lemieux. À Saint-Donat cependant, le soleil reprend le dessus et c’est sous les hautes lumières du printemps que je ferai toutes mes descentes.

Lumières au ciel, et lumières au sol: comme prévu, c’est encore PLEIN de neige. Mais je suis quand même épaté de trouver tout plein d’endroits encore vierges, de belles patches de poudreuse un peu partout en bords de pistes et, surtout, dans les sous-bois.

Il y a quand même quelques pistes en forêt avec des plaques de glace, mais c’est impressionnant de voir la qualité du couvert de neige à quelques jours du mois d’avril. En plus la météo est juste parfaite, autour de zéro, peut-être un brin en dessous, pas de signe de dégradation de la neige malgré le soleil qui frappe bien fort. Cette neige est là pour rester encore un bout de temps.