Je me suis levé ce matin à 6am, heureux de la belle semaine passée dans la région de Chamonix. Il n’y a pas eu de tempête de neige durant mon séjour, mais j’ai quand même fait de l’excellent ski.  Le domaine Brévent-Flégère, le glacier d’Argentière avec sa vue grandiose, l’Aiguille du Midi et pour couronner le tout, Courmayeur avec ses magnifiques pistes damées et son hors piste poudreux.

À 8am, Tof, mon nouvel ami et skieur professionnel (pour Armada skis), vient me chercher. Nous retournons à Courmayeur.  Dès notre arrivé, nous allons skier de belles pistes fraichement damées.  Ce matin, j’ai pris une décision, tant qu’à avoir un skieur de la trempe de Christophe avec moi, j’en profiterai pour prendre des leçons de ski pour améliorer ma technique.  Ce n’est pas à tous les jours que j’ai la chance de passer une journée (encore moins deux) avec un professeur de ski qui a escaladé et skié le Mont Blanc à plusieurs reprises, qui descend à la cordé des couloirs à 60 degrés de l’Aiguille du Midi avec quelques uns des plus grands skieurs au monde, des légendes comme les regrettés JP Auclair et Andreas Fransson, sans oublier Glen Plake.  Je suis ici pour apprendre.

Tof commencera par ajuster ma posture sur ski, me forcera à prendre beaucoup plus d’angulation en carving, sur des skis de hors piste de 117mm de patin. Si tu maitrise ces skis (Armada JJ Zéro) sur les pistes damées et glacées, sur pentes raides, tu auras énormément de facilité avec des skis de piste.

Par la suite, nous montons jusqu’au sommet et descendrons un mur. Sur notre trajet, j’entends parler français.  Des gens du Québec.  En regardant la demoiselle, je réalise que c’est quelqu’un que j’ai déjà rencontré dans le passé.  En effet, c’est Brigitte Trottier, de Ski Town.  Le monde est petit.  Elle est dans la région pour skier avec son époux.  Les présentations faites, nous arrivons au sommet et nous repartons chacun de notre côté.

 

Durant la prochaine heure, Tof me fera pratiquer les virages serrés et les virages avec sauts sur pentes raides. Nous recommencerons les mêmes exercices dans le hors piste.

Il y a beaucoup de brouillard aujourd’hui, mais comme Tof connait bien la montagne, il me promènera partout sur le terrain, toujours à l’abri de cet épais manteau blanc.

Nous voici maintenant dans une combe. La neige est abondante et fraiche.  Il est temps d’enfiler les peaux d’ascension et d’aller pratiquer les conversions en montées.  Ceci me prend beaucoup d’énergie.  Mon coach me donne beaucoup de conseils sur la façon de la conserver.  Au sommet, on enlève les peaux et on redescend dans la combe.  Cette fois-ci, pour revenir sur les pistes, nous monterons en escalier.  Je peux vous assurer que j’en ai eu pour mon argent.

Après nous être arrêtés pour une pause dans un petit café en montagne, où le chocolat chaud et les croissants à la crème fraiche nous rassasient, nous continuerons les descentes sur toutes les pistes les plus raides et difficiles de Courmayeur.

Ce travail nous ouvrira l’appétit. Tof m’amène au restaurant Italien appelé Chiecco, à la mi-montagne. Bien que l’on doive avoir une réservation pour y aller, Tof connait bien la propriétaire, Anna.  Nous avons une table en un instant.  Notre hôtesse, Isabella, nous donnera le récit du menu, très varié de ce resto.  Avec son accent franco-italien, elle nous charmera avec sa passion pour tout ce qu’ils mijotent.  Difficile de faire un choix.  Nous opterons pour bruschetta et mozzarella en entré avec un rôtis de bœuf garni de  foi gras comme plat principal.  Un vrai délice!  De la haute gastronomie en montagne.  Seulement en Italie!

Suite à ce somptueux festin, de retour sur les pistes. Mais cette fois-ci, on redescend jusqu’à la base de la montagne.  Le trafic est très lourd.  Nous sommes samedi et le brouillard force les skieurs à skier plus bas.  Il est temps de tirer ma révérence et de revenir à l’hôtel.  Une autre journée bien vécue.

J’ai pris le temps de communiquer à la compagnie de ski Armada ma gratitude de m’avoir mis en contact avec Christophe, leur skieur.

Je repartirai vers Montréal au levé du jour à partir de l’aéroport de Genève. Mon chauffeur, Gilles de la compagnie TRANS Supershuttle est à l’heure et m’amènera à Genève en un peut plus d’une heure.

Le voyage en entier fût un succès. Un gros merci à Richard Dubreuil de m’avoir conseillé Chamonix, Voyages Gendron pour l’avoir organisé, à Michel Chevret, leur représentant à destination pour son support, au personnel de l’hôtel Pointe Isabelle pour l’accueil chaleureux et leur hospitalité.

Un gros merci aussi à mon guide de glacier, Philippe Pouts qui m’a fait passer une journée exceptionnelle aux Grands Montets, ainsi qu’à ses conseils, et à Snow Angel pour le massage.

Un voyage qui restera gravé dans ma mémoire à jamais.

De retour à Montréal