La journée était pourtant bien froide aujourd’hui, mais la sortie au chaleureux Massif de Charlevoix en valait vraiment le déplacement! C’est assurément la montagne la plus impressionnante au Québec, à mon avis! En plus d’offrir ‘le plus haut dénivelé à l’est des Rocheuses canadiennes’, soit 770 m, la montagne  demeure fidèle à son image. Elle n’a rien négligé pour se démarquer; sa neige nous a comblé à profusion, ses points de vue sur le fleuve nous ont coupé le souffle, sa qualité de nourriture hors pairs nous a conquis, son atmosphère ponctuée d’étonnantes animations nous a ravis et ses skieurs, tous comme nous, affichaient leurs plus beaux sourires.


La cabane à sucre, le démo Rossignol, et même une invitation pour une fête à l’extérieur du chalet au sommet ajoutaient à l’ambiance particulière de la station.

L’attente à la télécabine ne prenait pas trop de temps malgré l’apparence achalandée.

La télécabine était le choix de la journée pour avoir un moment plus confortable à l’abri du froid hivernal.


À la mi-station, il y avait très peu d’achalandage.


Il n’y avait pas du tout d’attente à la remontée principale. Et la remontée du secteur Maillard n’était même pas ouverte! Cela ne nous a pas empêché d’atteindre les pentes de ce secteur que nous aimons particulièrement; la Phénomène, l’Ancrage et l’Archipel.


Les conditions de neige étaient assez bonnes, une glisse très rapide, sur une base dure avec une neige de surface mince mais suffisamment présente sur la majeure partie de la surface. Il fallait juste être plus vigilants pour éviter les quelques plaques glacées rencontrées en fin de journée dans les endroits très passants.


La vingtaine de cm de belle neige tombée de jeudi à vendredi se faisait encore sentir par endroits. J’ai particulièrement aimé la piste l’Ancrage; La neige de surface y était encore bien présente, à mon goût.


Le dernier sentier de l’Archipel ne manquait pas de charme pour terminer la piste de l’Ancrage. J’en ai redemandé, et nous l’avons refait à mon grand plaisir.


Les petites bosses dans le haut de la Misaine étaient bien attirantes.

Nous avons surtout parcouru des pentes intermédiaires et difficiles mais nous avons évité les très difficiles vu la base dure plus apparente dans les forts dénivelés. Et puisque le vent s’est levé en fin de journée au sommet, nous n’avons pas skié le secteur de la Tremblay. C’était justement le moment où j’aurais aimé dépenser le reste de mon énergie, dans la piste que je préfère entre toutes les montagnes du Québec : la ‘Dominique Maltais’. Ce sera pour une prochaine fois, à ma prochaine sortie de ski au Massif! Ce n’est que partie remise, et j’ai déjà hâte à la prochaine!