Hier ma précieuse amie me demande si je suis game d’aller à Tremblant en matinée.

Le plan: Avoir quitter pour 11 h.

2-3 courbettes d’horaire et je confirme ma présence.

C’est qu’un sentiment d’urgence m’habite depuis en fin de semaine. L’annonce d’une météo beaucoup trop printanière pour le faible manteau neigeux sur les pentes me fait craindre que ça se termine en fin de semaine.

Scénario catastrophe quand tu nous tient….

Nous disposions d’au plus 3 heures pour laper la montagne. Nos choix sont judicieux et planifiés. Nos déplacements progressifs et efficients.

Sauf pour la remontée Edge… Elle ou une tortue: same-same!

Nous avons débuter par la Supérieur. Un panneau nous informe qu’elle n’a pas été damé. On a pas peur… Ça commençait raide pour les cuisses!

On se promène un peu partout, dans les pistes non achalandées.

Surprenamment, tôt la surface n’est pas croûtée malgré la baisse des températures de la nuit. 8 h 30 et c’est en gros sel. À 11 h , toujours en gros sel et souple mais pas de soupe molle. Le ciel nuageux et le timide 9C auront eu ça de bon, ils auront aider à ralentir la fonte et la dégradation de la surface.

Au final, même si nous disposions d’un chrono serré, nous aurons skier plus que les autres jours de l’hiver: L’absence de monde aux remontées intermédiaires nous aura bien servie (l’absence de nos enfants aussi). Nous avons réussi à compléter plus d’une dizaines de runs.

Les conditions sont magnifiques, la température aussi. Le ski tire à sa fin. Sentiment d’urgence ou pas, profitez de la fin de semaine si la pluie nous fait faux bond. Ça achève.

11 h et nous voilà à l’auto… Il s’en est fallu de peu pour qu’on soit prises toute la journée en ski…

Malheureusement, le gars qui s’est stationné derrière moi pour me prendre en sandwich terminait d’attacher ses bottes… Il a pu déplacer sa voiture dans un espace plus éloigné mais toujours à distance raisonnable de marche de la remontée…

“Oh désolé, je n’avais pas remarqué!”

– Le gentil touriste-