“Go en ski!”

-Maman-

“Ah non, pas encore du ski à matin!”

-Sasha-

Je vous disais dernièrement comment le ski est une passion pour ma Sasha. Depuis 2 jours, quand on lui demande d’aller mettre ses combines pour aller en ski elle rouspète un peu. Jamais bien longtemps et jamais très fortement. Mais elle est lambineuse.

Comment faire autrement que s’activer tôt pour aller en ski: Une dizaine de centimètres de neige fraîche recouvrait le sol des Laurentides ce matin. Bon, j’aurais souhaité 20 cm mais c’est déjà beaucoup mieux que le redoux annoncé plus tôt cette semaine. À 9h30, c’est déjà pas mal tracé au centre mais les bords de piste sont encore flambants neufs!

Parfois, on flirt avec le bord du boisé en quête d’une couche parfaitement immaculée.

Dans la remontée du versant soleil, je discutais avec ma petite puce de la chance que nous avions de pouvoir skier dans toute cette belle neige, à -6C, au gros soleil, aussi souvent qu’on le souhaite.

Et c’est là qu’elle me dit qu’elle a juste envie de jouer dans la neige et de glisser dans la glissade que je leur ai fait dans la forêt… Je la comprend donc: Ce n’est pas une glissade mais une piste de bobsleigh! Le casque de ski est obligatoire d’ailleurs pour quiconque veut se lancer!

Bon, une fois l’aveu fait, le sujet est réglé. Ravie d’avoir “gagné son point”, elle jouera dehors à notre retour à la maison. Quoi demander de plus? Au final, l’important c’est de jouer dehors!

On se promène sur l’ensemble du terrain desservi par les 3 remontées. On reste en piste ou sur les bords. Le plaisir est garanti!

La neige à cessé un peu avant 10h faisant place à un ciel bleu et à un soleil radieux. La foule arrive progressivement mais malgré que bien des pistes soient encore fermées, l’achalandage est bien réparti sur les 3 versants. L’embarquement aux remontées est fluide et l’attente de 2-3 minutes max.

Certaines personnes s’aventurent dans les sous-bois à la recherche de first track. L’accès est pourtant restreint dû aux faibles quantités de neige au sol . Depuis la remonté de la Rivière à Simon, on pouvait percevoir les interrogations de 3 aventureux: Ils ne savaient plus comment sortir là! Ils avaient manquer la sortie plus haut et ils se trouvaient maintenant pris dans un secteur dense et non élagué au centre et hyper rocheux sur les bords…

C’est une très mauvaise décision que de s’aventurer dans un secteur fermé:

1- Si vous manquez à l’appel, ce n’est pas par là qu’on commencera à vous chercher.

2- Si c’est fermé c’est pour une excellente raison: soit que le terrain est trop accidenté et impraticable selon les conditions actuelles, soit que des employés travaillent avec de grosses machineries pour nous offrir de belles conditions!

3- Si vous avez de la difficulté à trouver votre ligne, si vous chutez ou si vous êtes en trouble, imaginez le degré de difficulté additionnel pour les secouristes pour vous sortir de là…

… Fin de la parenthèse …

Pour notre part, nous avons enchaîné les runs pendant quelques heures. Vers 13h, nous commencions à avoir faim et les conditions en pistes commençaient à se dégrader. Rien de très laid mais le travail de resurfaçage fera du bien pour remonter toute la belle neige en haut des pistes.

De toute façon, c’était l’heure pour Sasha d’aller “juste” jouer dans la neige. En arrivant à la maison, elle n’a même pas pris le temps de changer de bottes!