En ce début d’année 2019 beaucoup d’entre nous avons décidé d’entreprendre des changements dans nos vies que ce soit mineur ou majeur. Pour ma part, j’ai décidé d’aborder la saison de ski 2019 un peu différemment des précédentes. Cette année, je n’emprunterai aucune remontée mécanique (sauf pour les quelques sorties de soir à ma montagne locale… il faut bien se dégourdir). L’an dernier, je faisais mes premiers pas en ski de randonnée et j’ai eu l’occasion de goûter à quelques aventures qui m’ont fait découvrir un tout nouvel aspect du ski. C’est donc en recherche de cette aventure que j’ai décidé de m’armer de peaux de phoques et d’explorer ce qui se fait de mieux en terme de hors-piste et ski de randonnée au Québec.

Les Palissades de Charlevoix auront été ma première destination dans cet état d’esprit. Les Palissades ce n’est pas un centre de ski, c’est un parc d’aventure de montagne. C’est un vrai repère de passionnés de montagne toutes disciplines confondues. Escalade de glace ou de roche, randonnée, via ferrata, Tyrolienne, ski hors-piste nommez les tous, il y a un adepte de chaque discipline regroupé à l’auberge qui sert aussi de chalet d’accueil. Le site est niché au bord d’un lac entouré de montagnes et de l’imposante paroi qui donne le nom à l’endroit. J’ai lu quelque part sur leur site web que l’endroit avait un “mountain spirit” et c’est exactement ce que j’ai constaté dès que j’y suis entré dimanche matin; quelques guides étaient en train de déjeuner, deux skieurs se rappelaient leur journée de la veille et deux autres skieurs planifiaient leur sortie du jour. On sent que cet état d’esprit est cher aux yeux du propriétaire François-Guy et ça se comprend.

Je vous ai dit que c’était un parc multidisciplinaire et c’est tant mieux parce que le plan aujourd’hui consiste à compléter le parcours de via ferraski. Si ça ne vous dit rien le via ferraski c’est tout à fait normal parce que c’est le genre d’activité unique qu’on ne retrouve qu’aux palissades. Le parcours se résume en quatre étapes: Randonnée en ski (ou ski-hok), parcours de via ferrata incluant un pont suspendu, descente en rappel et finalement la descente d’un couloir jusqu’à l’accueil.

On commence donc l’ascension par le sentier de l’aigle, la montée est constante, mais accessible. Ce qui est remarquable c’est la quantité de points de vue en chemin qui donne soit sur la paroi qui nous surplombe ou sur les montagnes de Charlevoix. C’est magnifique. À mi-chemin, plus aucune trace. Le sentier est recouvert d’un pied de neige vierge, ça annonce bien pour les descentes. Parlant de descentes, normalement la descente est à la fin du parcours seulement, mais je n’ai pas pu m’empêcher d’en enchainer une rapide lorsqu’on a croisé la section nommée la cascade. Une descente ouverte sur une cascade gelée recouverte d’une épaisse couche de neige vierge : le bonheur! Après avoir rattrapé le groupe, nous continuons d’enchainer les points de vue magnifiques jusqu’au point où nous devons enlever nos skis pour accéder au parcours de via ferrata.

 

On attache donc nos skis solidement sur nos sacs à dos et on s’attache à la ligne de sécurité de la via ferrata. Pour ceux qui ne sont pas familiers avec la via ferrata il s’agit d’un parcours de prises naturelles et artificielles qui nous aide à progresser à flanc de montagne. Nous sommes sécurisés par deux longes reliées d’un côté à notre harnais et de l’autre à un câble continu solidement fixé à la paroi. C’est un excellent moyen de s’exposer à la hauteur d’une paroi d’escalade avec un parcours plus accessible. Le parcours est assez simple, mais la neige impose un rythme prudent, même si nous sommes attachés en tout temps personne ne veut perdre pied. On arrive enfin au pont suspendu, le point fort de cette section du parcours. Le pont fait 30 mètres de long et est suspendu à 200 mètres d’altitude, sensations fortes assurées. Lorsqu’on est sur le pont, le vent pousse des rafales de neiges qui remontent la paroi et nous frappent par en dessous. Du pont on peut voir à quelques mètres le mur où nous allons faire la descente en rappel et sous nos pieds le couloir de la descente finale. Ce parcours donne un caractère vraiment unique à la journée.

 

Vient ensuite la descente en rappel. 70 mètres à descendre suspendu à une corde avec un équipement de ski complet dans le dos c’est un bon défi, mais c’est vraiment plaisant et ça permet de sortir de sa zone de confort si ce n’était pas déjà fait. D’ailleurs les guides font très bien leur job et expliquent bien à tous les participants comment franchir les différentes étapes et les mesures de sécurité qui sont prises pour s’assurer que tous et chacun passent une belle journée.

J’amorce la descente en rappel.

Enfin la descente ! Le corridor est très abrupte et très étroit. C’est intimidant à première vue, mais il s’élargit assez vite et fait place à un beau champ de neige ouvert parfait pour tracer quelques grandes courbes avant d’entrer dans la forêt qui nous sépare de l’accueil (et de son foyer et de ses divans).

La descente finale, du pur plaisir !

Définitivement c’est une activité très complète qui nécessite une bonne forme physique, mais qui reste quand même accessible aux moins expérimentés qui voudraient s’initier au sport de montagne en hiver! Pour ma part, c’est assez pour la journée, mais je me suis promis d’y retourner pour essayer le secteur dédié au ski hors-piste sur le mont des Américains. Ce sera pour une prochaine fois. Pour ceux qui voudraient combiner plusieurs activités, c’est possible de réserver un lit dans l’auberge pour la modique somme de 40$ “mountain spirit” inclus ! Un énorme merci à François-Guy et son équipe ainsi qu’aux autres participants présents ce dimanche c’était une journée parfaite.