Ce matin la destination était le mont Edouard.  Dame nature et les dieux de la neige avaient laissé un petit cadeau durant la tempête d’hier, 50 cm de poudreuse.  Sans aucune hésitation, je quitte pour cette belle région du Saguenay.  Une fois sur les lieux, stupéfaction, des rafales de 60 km/h sur les lieux.  En discutant avec les locaux, ils me confirment que cette saison, les tempêtes étaient souvent accompagnées de bonnes rafales de vent.  Le vent soufflait de l’ouest et ils me mentionnent d’aller du côté gauche du remonte pente.  La neige a tendance à se cacher dans le secteur.  Nous avions droit à 31 pistes sur les 32.  La température était de – 10 degrés avec facteur vent de  – 23.  Il y avait un camp d’entrainement dans la Desjardins.  Cette piste est homologuée par la FIS.

 

 

Une fois dans la remontée, nous pouvions voir le travail du personnel afin de préparer la piste.

 

 

J’attaque donc la Béluga.  Wow quelle décision.  La piste était parfaite.  Une poudreuse profonde et fine sous nos skis.

 

 

Par la suite je vais explorer la Vallée des bouleaux.  Une superbe descente et avec de la poudre partout.  Comme deuxième descente, je fais à nouveau la Béluga mais je vais voir le gros sous-bois du nord-est.  Quelle révélation, je suis complètement en amour avec le secteur.  Toute la neige s’y trouvait.

 

 

Pour ce qui est des pistes damées, la base était très ferme, le vent avait fait son travail.  Il fallait skier sur le bord de la piste afin de trouver cette belle poudreuse.

 

 

Je décide donc d’aller voir les conditions des pistes exposées au vent.  La neige avait disparue dans certaine section.  Il y avait des branches et plaques de glace.  Soyez prudent dans les pistes au nom de 4.5 à 8.  Les descentes sont plus techniques. J’avais croisé à 2 occasions des skieurs sur un genre de vélo de neige.  La dernière fois que j’avais vu cela était au mont Sutton.  En entrant au chalet, j’ai pu observer les machines.

 

 

En prenant mon lunch, une petite envie d’excursion monte en moi.  Je décide donc de prendre mes peaux et d’aller skier le secteur hors piste Sacré-coeur.  Je fais la rencontre d’Alain.  Il est un local, et je partage la montée en sa compagnie.  Une 20 minutes et nous étions au sommet.  Je décide donc de faire la descente avec lui.  Il fallait être prudent dans le secteur car le vent avait fait ses dommages.  Malgré tout, superbe descente et merci à mon guide.  Je termine ma journée dans les pistes du côté ouest de la station.  Les conditions étaient encore bonnes.

 

 

Merci encore au personnel chaleureux de la station qui la rend si unique.  Malgré le vent et le froid, votre sourire réchauffe nos petits muscles qui étaient gelés.  Pour mes amis skieurs, soyez prudent dans les pistes car le vent a eu son effet, mais il reste encore des endroits vierges à faire dans la station.  Bon ski à tous.