Aujourd’hui, Mère Nature nous a livré un cadeau empoisonné. Cette dernière tempête inespérée est arrivée en “package deal” avec des rafales assez violentes pour justifier la fermeture des remontées mécaniques menant au sommet. Nous devions donc nous contenter des pistes desservies par les bulles. PAS SI VITE ! Nous avons plus d’un tour dans notre sac. En fait dans nos sacs on a surtout des peaux de phoques. Après avoir jouer du coude pour les premières traces dans les sous-bois du secteur de l’express, aller hop cascade, on décide de se gâter et d’enfiler les peaux afin de se rendre vers le sommet. À partir de là on a l’embarras du choix. Tellement que je ne me rappelle même plus par quelle piste on est descendu, on a juste suivi l’appel de la poudreuse. Et de la poudreuse, il y en avait ! Malheurseument des bosses de glace fait surface par endroit, mais tout de même cette descente a fait ma journée !

La leçon à retenir : Toujours trainer les peaux de phoques, on ne sait jamais quand ça va être utile !