Quelle joie de retrouver la famille du ski québécois pour les 24H Tremblant! Je participe à cet événement avec mes collègues de travail depuis plusieurs années et l’édition 2016 est un grand cru. Côté ski les conditions de neige étaient superbes et la température a été magnifique, mais surtout, encore une fois la collecte de fond surpasse l’objectif avec un montant record de plus de 3 100 000 dollars amassés pour des fondations venant en aide aux enfants.

Ce serait laisser de côté l’essentiel de ce week-end que de me limiter aux conditions de ski dans ce conte-rendu de ma sortie à la grande station du nord, alors je risque de vous parler d’un peu plus de que neige et du nombre de pistes ouvertes dans ce premier billet de la saison, mais commençons quand même par causer ski.

Jour 1, vendredi 9 décembre 2016

Conseil d’un vétéran: la meilleure façon de profiter du 24H Tremblant est d’y passer un 48 heures. en arrivant le vendredi on peut aller se dégourdir les jambes et profiter de l’atmosphère fébrile qui s’empare de la station pendant les derniers préparatifs. Cette année nous avons été gâtés par un beau soleil et de belles conditions de neige. Peu de pistes étaient ouvertes vendredi, mais peu de pistes à Tremblant représentent quand même beaucoup de terrain. Le vent étant de la partie, je me sentais vraiment au coeur de l’hiver pour ma première sortie de la saison.

Arriver tôt le vendredi permet de bien retrouver nos réflexes de skieurs en début de saison, mais ça permet aussi de profiter au maximum du party que représente le 24H. Dans mon cas ça voulait dire faire plusieurs belles descentes avant d’aller rejoindre ma gang dans le condo d’un coéquipier qui nous a organisé un beau 5 à 7. Ensuite, le must c’est le traditionnel party-concert du vendredi soir. Cette année le groupe Valaire a fait danser la foule avec beaucoup de bonheur, autre belle façon de se dégourdir les jambes.

Ensuite, pour les plus jeunes, ou les pas si jeunes qui n’ont pas à skier trop tôt le lendemain, le village a plusieurs options pour continuer la fête. Votre chroniqueur n’ayant pas à skier tôt le lendemain, on a fait un pèlerinage au réputé P’tit Caribou, pour finir la soirée avec la non moins réputée poutine de Smokes.

Jour 2, samedi 10 décembre

Malgré le nombre d’heures de sommeil amputé par un vendredi de pèlerinages incontournables, je n’ai pas rechigné quand le réveil-matin a sonné samedi matin, car il était impossible que je manque le petit déjeuner des participants. Je mets beaucoup d’emphase sur les plaisirs de ski et d’après-ski quand je raconte l’expérience du 24H Tremblant, mais le moment le plus fort du week-end se passe entre 4 murs, sans ski, sans musique. Le samedi matin nous avons droit à un petit-déjeuner au cours duquel les Fondations qui reçoivent les fonds que nous recueillons viennent nous remercier. Lors de ces rencontres, des familles et des enfants viennent nous témoigner de l’impact direct de nos dons. Encore une fois cette année, nous ressortons de cette salle les yeux humides, mais le coeur bien rempli. Nous repartons motivés à continuer de faire grandir le 24H.

Ensuite, on passe aux choses sérieuses: le départ du 24H est à midi. Dans le brouhaha des applaudissements, des cris et des sourires, on lance le relais. Le 24H Tremblant n’est pas une course, et tous les niveaux de skieurs y participent, mais on s’entend que si vous mettez des centaines de skieurs en piste avec une puce pour suivre leur temps, ça réveille le Crazy Canuck intérieur de plusieurs… Pour ma part je faisais partie d’une équipe composée d’excellents skieurs qui profitent que la Beauvallon nous soit réservée et, sous le regard de patrouilleurs plus conciliant qu’en temps normal, on enfile les descentes à très bon rythme. La position recherche de vitesse est interdite, mais c’est fou comme on peut s’amuser en limitant le nombre de virage et en gardant nos bras derrière le dos pour améliorer notre aérodynamisme…

Un autre beau cadeau offert aux maniaques de glisse, c’est la joie de descendre Tremblant de nuit, en particulier en fin de soirée, quand on passe du silence sauvage au sommet, au party de la zone de transition, au pied le montagne, où on défile tout près de la scène. Cette année j’ai eu le bonheur de skier avec en trame musicale la musique live de Radio Radio.

Jour 3 dimanche 11 décembre

On boucle le 24H le dimanche à midi. Notre week-end parfait se continue avec un superbe soleil et un temps froid qui permet à la piste de bien tenir malgré les assauts répétés de nos milliers de virages. La piste est évidemment glacée par endroit, mais l’équipe de Tremblant fait des miracles avec l’aide de la météo.

Quand le décompte de la fin du 24H s’entame nous oublions la fatigue et les sourires envahissent la montagne. Notre cerise sur le sundae: l’annonce d’une collecte record de plus de 3 millions de dollars au profit des enfants. Les ambassadeurs et organisateurs accueillent les bénévoles qui ferment la marche avec enthousiasme. La saison commence bien.