Enfin je profite de ce beau début de saison. Je lisais avec intérêt tous ces beaux rapports d’expérience depuis des semaines déjà, frustré de ne pas profiter de ce début de saison canon. En plus, d’habitude j’entame ma saison au plus tard avec le 24h de Tremblant, mais cette année je n’y suis pas allé, j’étais donc en sérieux état de manque docteur, donnez-moi ma dose svp.

Heureusement, docteur Orford est là pour moi. Le bon vieux, fidèle Docteur Orford, je dois avouer que je le néglige souvent. C’est que, quand je pars de Montréal, la concurrence est féroce. On passe à côté de Bromont, belle, grosse, toute proche; ensuite Sutton, mon chouchou me fait de l’oeil; puis juste avant Orford, Owl’s Head, ma deuxième maison pendant plusieurs années de bonheur à y être patrouilleur; pour me rendre à Orford je dois vaincre le chant de toutes ces sirènes. Mais j’adore Orford pourtant. Je me reprends donc en ce beau début de saison 2018, et je lui fais l’honneur d’être ma première (cette phrase hors contexte sonne tellement louche/douche, svp, concentrez-vous sur le contexte).

À mon arrivée dans le parking, assez tard, je suis surpris de le voir si peu achalandé. Un coup d’oeil sur les pistes confirme que bien des skieurs sont restés en ville, pour magasiner les cadeaux de Noël? Vraiment? Il nous reste un gros dix jours! Bref, nous les procrastinateurs du cadeau avions raison aujourd’hui: le ski était mieux que la zizanie du centre d’achat.

Le terrain de jeu du jour incluait 22 pistes sur 44 avec 3 remontées sur les versants Giroux et Orford, en masse de place pour les gens présents. Les rumeurs au sujet de ce début de saison sont vrais: il y a de la neige! Et aujourd’hui en bonus, nous avons un temps doux, un soleil radieux et aucun vent, que du bon.

J’aime beaucoup faire de la photo de ski, j’en fais même quand je n’ai pas besoin de publier mes compte-rendus pour Ski Presse, mais franchement certains jours les conditions rendent la tâche plus difficile: le froid, les nuages, la neige, certains jours nous rendent la vie plus difficile, or aujourd’hui j’étais gâté. Le temps clair et doux, l’éclairage et l’achalandage, je n’avais qu’à pointer l’appareil, clic, voilà! (j’ai quelques photos supplémentaires sur mon Instagram pour ceux que ça intéressent). Faut dire que Orford est toujours photogénique. On fait grand cas des superstars du panorama comme la Lilly’s Leap à Owl’s Head, la Crête à Sainte-Anne et la… ok, toutes les pistes au Massif; mais la 4km d’Orford offre une vue assez spectaculaire merci. 

Merci chère Orford d’être si constante, si fidèle, même si je te néglige parfois. Je vais revenir, promis.

Recevoir le magazine par courriel
J'accepte d'être sur la liste d'envoie MailChimp ( more information )
Join over 3.000 visitors who are receiving our newsletter and learn how to optimize your blog for search engines, find free traffic, and monetize your website.
We hate spam. Your email address will not be sold or shared with anyone else.