Après la neige tombée cette semaine, mes attentes étaient élevées pour les conditions de ski cette fin de semaine. En arrivant à la montagne, j’ai vu que je n’étais pas la seule: tous les stationnements étaient remplis! Alors nous avons opté pour le débarcadère et me voilà, 15 minutes plus tard, au bas des pistes.

Nous avons commencé par le Mont Alfred-Desrochers. La Ookpic est ma préférée sur ce sommet. Ressemblant à un sentier, elle offre une ballade dynamique dans un parcours assez étroit qui sillone la forêt.

Malheureusement, le brouillard intense réduisait considérablement la visibilité au deux tiers de la montagne. De ce fait, il ne restait plus beaucoup de choix de pistes, et ces dernières abondaient de skieurs frénétiques sur les quelques options ouvertes. Heureusement qu’il y avait suffisamment de neige pour tous!

Le service client est toujours complet à Orford. Dehors, un kiosque de queues de castor. Dedans, une cafétéria offrant un menu diversifié. J’ai bien hâte aux journées de printemps qui animent le bas des pistes.

Jour de compétition, le mont Giroux était très achalandé durant la première partie de la journée. Dès 14h, la file n’était plus qu’un petit groupe de skieurs. La Jean-Davidson était superbe même après le passage de dizaine de coureurs.

C’est décidément une montagne a revisité lorsque plus de superficie sera ouverte et moins de brume au sommet.