Plusieurs fois, nous nous sommes questionné sur la manière la plus précise de décrire notre expérience à vélo au Myanmar.

De réussir à transmettre tout ce que nous avons vu, senti, gouté ou entendu n’est pas si facile. Beaucoup de choses insensées, loin de nos habitudes occidentales, font en sorte que ce n’est pas un seul facteur qui fait l’originalité de ce pays, mais la synergie de tous ces éléments. Afin de lui faire honneur,  nous avons opté pour une approche sensorielle lors d’une scène bien précise que nous avons vécu pratiquement tous les jours dans ce pays trop souvent oublié. Nous vous proposons de vivre avec nous un moment qui peuvent paraître bien banal, une simple pause, mais qui en même temps, reflète le Myanmar dans toute sa splendeur.

Un kilomètre avant que l’on prenne la pause pour manger, nous devons traverser un tas de déchets qui brûle. Étant donné le système de récupération et de déchets inexistant, le seul moyen pour que les poubelles ne deviennent pas incontrôlables, c’est de les brûler. Chaque jour, les villageois se trouvent un petit endroit, tout le monde y jette quelque chose et ils y mettent le feu.  Cela explique pourquoi il y a autant de boucane ambiante et que la qualité de l’air est médiocre.

 

En déposant nos vélos sur le petit magasin en paille chambranlant, Audrey et Cynthia se mettent à la recherche de collations. Le magasin est complètement désorganisés. On y trouve des boîtes qui trainent dans tous les coins avec n’importe quel genre de produits comme des sachets de cafés instants, des petits gâteaux, des vieux chips sec, des Kic Kat (oui, oui Kic Kat), et plusieurs autres produits douteux. À travers tout ce brouhaha, une dame avec une simple calculatrice assis dans son lit nous sourient. On constate alors que le magasin est en fait sa maison. Les gens vivent littéralement DANS leur commerce.

Pendant que les filles font les emplettes, je surveille les vélos avec mon frère et Vincent. On remarque soudainement que  sur le bord de la route une auto est garée et un homme y fait une sieste la face première dans le volant… Étant l’un des pays les plus pauvres d’Asie du sud-est, il n’y est pas rare d’apercevoir des gens coucher par terre, dans leur voiture, dans les commerces, dans la rue, à l’épicerie ou dans les restaurants. Pourtant, il n’y a que nous qui paraît étonné de les voir dormir dans tous ces endroits aléatoires.

Les filles reviennent avec ce qu’elles ont pu trouver et comme à l’habitude on se mets à observer. Tout autour de nous, on dirait un autre monde… mais nous y sommes désormais habitués. Une femme vend de la viande qui vient d’être coupé directement sur la rue dans un environnement avec une salubrité discutable, alors que je remarque trois enfants qui s’amusent avec comme jouet, un vieux pneu et un bidon d’essence. On venait tout juste de croiser leur maison… un vrai dépotoir et un ramassis d’objets quelconques formes le terrassement extérieur de cette propriété. Dans tout ce désordre, un autobus de locaux arrive à toute allure dans le village… Un arrêt est prévu pour débarquer quelques passagers. Rapidement, une marée de femme avec leurs produits à vendre se précipite vers l’autobus, armée de leur plateau rempli de nourriture. Ébahi par leur habileté de tenir un plateau si grand en équilibre sur leur tête, nous apprécions ce spectacle tout en dégustant quelques clémentines et un gâteau. Après 15 minutes de pause nous repartons. Un camion surgit à notre droite débordant de personnes empilées les uns sur les autres. Celui-ci nous coupe dangereusement et continue sa route sans se soucier le moindre du monde de notre présence.

Ici, les sens sont constamment stimulés et il est parfois difficile de digérer toutes ces informations. On se souviendra longtemps de notre périple au Myanmar. Nous en garderons des souvenirs qui nous rappellent à quel point la vie ici est si différente de ce que nous connaissons en Occident.

L’événement que l’on vient de décrire peut faire en sorte que notre expérience peut paraître négative, mais la plus grande richesse du Myanmar reste son peuple. La gentillesse, l’hospitalité et la générosité des gens auront marqué notre notre visite. Pour ceux qui cherchent le dépaysement et l’aventure, cet endroit encore peu touristique est fortement recommandé.

Nous venons d’entrer en Inde et nous sommes vraiment excité de découvrir un pays reconnu mondialement pour le choc culturel. Après avoir vécu de fortes émotions en terre birmane, nous sommes bien excité de voir ce que la prochaine destination nous offrira.

Plus EchoExplora

Plus de vidéos et photos:

Facebook

Instagram

Commanditaires: