Bromont c’est notre amie fiable, fidèle au poste quand on a besoin d’elle. Quand on vit à Montréal et que le froid forme un obstacle pour les coeurs sensibles, Bromont nous tend la main, toute proche, ses pistes toujours travaillées de façon impeccable. On sait qu’on peut s’y rendre rapidement et que les chalets sont confortables, c’est donc une alliée de choix par temps froid; on a du temps pour prendre des pauses café dans le chalet, et on sait que les pistes vont être belles.

Direction Bromont donc, parce que eh oui, il fait parfois froid au Québec le 13 janvier, c’est fou comme ça. Si vous n’avez pas entendu parler de multicouches en matière de confort hivernal, voilà une bonne journée pour saisir ça dans votre machine Google. J’avais en masse de couches et j’ai eu beaucoup de plaisir à Bromont aujourd’hui, même si je dois avouer qu’avant d’arriver au sommet de la montagne je bougonnais un peu. En plus du multicouches textiles, j’ai une couche de quelques kilos gagnés dans le temps des fêtes. Je me sentais comme un saucisson, et je pensais avec émotion à mon divan, bien au chaud en ville. Mais dès que j’ai entamé mon premier virage tous mes doutes se sont évaporés, et j’ai retrouvé la légèreté du skieur dans son élément.

Tel qu’attendu, les pistes étaient en très bon état. Les canons à neige continuent d’aider la nature, mais les chutes de neige des derniers jours ont fait une belle job, ne serait-ce que pour le look hivernal beaucoup plus blanc qu’au début du mois. Évidemment, ça prend un bon affûtage des planches, les conditions sont bonnes, mais dures! D’ailleurs, je dois dire que je suis très content de la performance de mes skis parce que pour la première fois j’avais moi-même préparé mes skis de A à Z, et je suis très satisfait. Ça grippait quand ça devait gripper et ça glissait quand ça devait glisser; je vais recommencer, et sans aucun doute vous achaler avec ces détails, inutiles pour vous mais valorisants pour mon image de skieur maniaque.

Sinon j’ai bien exécuté mon plan de match: arrêts fréquents au chalet, bon lunch à la Débarque et on profite qu’il fasse froid pour étirer les pauses et suivre en même temps le match de foot (skieur maniaque mais ouvert aux autres sports, quand même). Il y avait une bonne foule de braves à la montagne, l’ambiance est joyeuse et après dîner la nouvelle remontée hybride roule à plein régime. Les nombreux skieurs sont emportés sans attentes et les cabines offrent un répit de givre pour ceux qui le veulent. Bromont, fidèle amie, merci d’avoir été là pour moi une fois de plus.

Recevoir le magazine par courriel
J'accepte d'être sur la liste d'envoie MailChimp ( more information )
Join over 3.000 visitors who are receiving our newsletter and learn how to optimize your blog for search engines, find free traffic, and monetize your website.
We hate spam. Your email address will not be sold or shared with anyone else.