Ce matin Loïc souhaitait fort aller en planche. J’avais mis ça bien clair avec lui: Les jours où papa travaille, que je suis solo avec les 2; c’est en ski que ça va se passer! Je commencerai pas à courir après 2 téméraires crinqués qui roulent dans des directions opposées…

Alors quand il m’a demandé: “Je peux aller en snow aujourd’hui maman d’amour.” Avec ma rigidité d’esprit légendaire, j’ai répondu oui.

C’est sa deuxième journée de formation: J’ai pris pour acquis qu’il aurait besoin de moi sur le tapis magique, pour attacher ses fixations, pour l’aider dans sa recherche d’équilibre, pour apprendre quoi. Alors j’ai laissé mes bottes de ski à la maison en me disant que je serais plus opérationnelle avec mes Sorel.

En arrivant  à la montagne, le stationnement près du chalet était pas mal plein, je suis donc montée en haut complètement de sorte qu’après avoir traversé le chemin, après le champ de croûte glacée,

on arrive en haut de la piste école. C’est un warp zone pratique à savoir, prenez-en bonne note!

Sasha a déposé ses skis, les a enfilés et s’est poussé sans rien me dire. Elle est née autonome cet enfant.

Loïc a attaché ses fixations, je l’ai regardé en me disant qu’il voudrait que je l’aide à se lever et à descendre… Il s’est aussi poussé sans rien me dire non plus. J’ai vu Sasha arriver au tapis, j’ai couru pour aller l’assister. Je suis arrivée trop tard, elle montait seule.

Ils ont skié jusqu’à 15h. Ils choisissaient leurs tracks. Tantôt ensemble, tantôt séparés. Toujours en plein contrôle. Moi je marchais en bottes… 🤦🏼‍♀️

La Gaby, piste école de la station offre de beaux ateliers pour favoriser l’apprentissage de la glisse. Il y a une section de type corridor serré, en bordure de la remontée. Cest là que Sasha développe son parallèle. De l’autre côté complètement, c’est les 2 trajets de slalom. C’est des petits parcours avec balais qui force le contrôle des skis et la flexion des genoux. Au centre, c’est le parcours avec les gros bankturns. Les mêmes qui, saison après saison, assurent un dénivellé constant, avec des courbes qui forcent le transfert de poids d’un ski à l’autre et qui assurent une vitesse de glisse sécuritaire.

Ici ce papa doute du contrôle de son fils sur ses skis, mais lui ne doute pas. Il file à vive allure ce petit torieux!

Après la première run, je me suis demandée si je devrais retourner à la maison chercher mes bottes pour au moins skier un peu avec eux. Et je me suis dit qu’on allait rester un peu et retourner dîner à la maison d’ici 2 heures. Qu’ils allaient se tanner vite de la Gaby.

Je me trouvais ridicule en bottes Sorel, à monter et descendre en marge de la remontée mais rapidement j’ai obtenu mon rôle de soutient. Pas avec mes kids mais auprès de ceux des autres ou de skieurs en formation. Il y avait beaucoup de chutes, sur la piste comme sur le tapis magique. On manquait de bras. Je courais d’un bord pis de l’autre pour relever toutes sortes de monde, aider à enlever des skis qui ne pointaient pas dans la même direction les 2… J’ai ramassé un petit gars pris dans le filet de sécurité qui avait manqué son virage…

Vous imaginez la scène?

Vers 13h, nous sommes rentrés manger une petite soupe du jour et jouer un peu dans la salle de jeu, voisine du resto-bar Le Tamarack.

Le salle de jeu est une gracieuseté de la boutique Griffon de Saint-Sauveur. Super pratique lors des après-skis des parents.

Après le dîner, les enfants voulaient y retourner. Sur la Gaby, c’était encore la folie. Il y avait une fine neige qui tombait sur la courroie du tapis. Les skieurs partaient de reculons, tombaient les uns sur les autres. En renfort aux parents, aux  moniteurs, je fournissais à peine à un moment donné!

C’est de ça que je parlais tantôt quand je disais que ça prend un village pour élever des enfants… c’était un vrai travail d’équipe!

Avant que Loïc ou Sasha ne se fasse faire mal lors d’une chute sur le tapis ou sur la piste, nous sommes partis. Nous reviendrons demain matin.

De toute façon, ma gang commençait à se fatiguer et à niaiser!

Recevoir le magazine par courriel
J'accepte d'être sur la liste d'envoie MailChimp ( more information )
Join over 3.000 visitors who are receiving our newsletter and learn how to optimize your blog for search engines, find free traffic, and monetize your website.
We hate spam. Your email address will not be sold or shared with anyone else.