La tempête annoncée pour la couronne nord métropolitaine s’est avérée: Déjà ce matin, il y avait une vingtaine de centimètres de neige fraîche au sol. Le mercure oscillant autour du point de congélation, l’accumulation, quoique abondante, était lourde et mouillante. Qu’à cela ne tienne, les Fortin, c’est pas des peureux!

Vêtus de nos meilleures membranes hydrofuges, nous avons débuté  notre matinée par la remontée Sommet Express. Nous sommes 6, match parfait! Notre première run est celle habituelle: les bords de piste de la Jay puis la Red bird. Le dénivelé est insuffisant avec cette bordée pour assurer une glisse continue. 3 skieurs ”pôlent” les plats alors que 3 planchistes sautillent et s’essoufflent: Gardez-vous des cuisses les gars, toute cette neige, c’est pas pour les doux!

Nous nous sommes un peu promené entre la Jay, l’Épervier et la Tom Barbeau avant de mettre le cap vers la Flèche. De là, le vent s’est levé. La neige était plus abondante à partir de 11h. Je l’aurais prise plus légère, plus poudreuse. Mais c’est quand on se met au défi qu’on devient meilleur!

Les lentilles enneigées et les ”bumps” surprises forçaient les réflexes et commandaient la souplesse!

Ou la résilience!

Les sous-bois étaient vraiment superbes et la ”track” coulante à souhait.

 

Nous avons skié quelques heures avant le retour au boulot (ou au dodo).  Passer 3 heures à se relever ça gonfle le moral, use les cuisses et creuse l’appétit.

Trempés jusqu’aux os (malgré les meilleures membranes hydrofuges!), nous sommes rentrés dîner à la maison et coucher les 2 enfants pour la sieste de l’après-midi.

Il est presque 15h et la neige semble vouloir modérer. Si vous hésitez pour le ski de soirée, n’y réfléchissez pas trop longtemps, d’autres vous damerons le pion, pour leur plus grand bonheur!