À quelques jours de préavis, j’avais lancé l’invitation à mes fidèles partenaires de ski afin qu’on puisse faire une première (ou dernière…) sortie avant Noël.  Sur 6, seulement 2 ont pu se libérer pour faire quelques descentes après que les enfants soient couchés… Bien-sûr!

Résultat: Premier arrivé à la montagne à 18 h 50 et dernier (moi-même),    19 h 45…  Ça n’a pas été facile mais j’y suis arrivé.  Je me doutais qu’il n’y aurais pas foule dans les pistes mais à ce point… Le stationnement était anormalement vide et les pistes semblaient quasiment désertes…  J’ai rapidement compris, en retrouvant mes partenaires de ski, la raison: Il ventait à écorner les bœufs!

Dans la remontée, on sentait à peine le vent étant donné que nous l’avions dans le dos, mais en descendant c’était une autre histoire.  Nous l’avions en plein visage, et il était glacial.  Je regrettais énormément ma cagoule laissée à la maison, croyant avoir des conditions de printemps.

Par contre, des remontées confortables, à jaser et à rire entre “chums”, des descentes rapides, avec des conditions de glisse irréprochables… Difficile de se plaindre… même si nous devions travailler fort pour aller toujours plus vite, étant donné que le vent tentait de nous remonter au sommet.

21 pistes étaient ouvertes et les conditions étaient très semblables dans chacune d’elles.  Toute était balayée par le vent glacial même si parfois les couloirs entre les arbres nous protégeais quelques instants.

Après une dizaine de descentes, nous avons été faciles à convaincre: On va se réchauffer au “T-Bar”.  Nous avons donc terminé cette belle soirée entre amis, dans une superbe ambiance, à voir les Canadiens se faire blanchir pour les “Bad Bruins”…

Une soirée comme ça, on termine toujours en disant: “Quand est-ce qu’on se refait ça??”  C’est toujours agréable, peu importe les conditions.