Un mini Tour de France

Éric van den Eynde y est passé souvent depuis ses deux triomphes consécutifs en 1971 et en 1972. Au milieu des années 80, le premier double champion de l’histoire du Tour est revenu en Abitibi à titre d’entraîneur de l’équipe du Québec.

Au fil du temps, il a aussi noté que la planification de course par les équipes allait de pair avec ce qui se fait chez les professionnels.

« Quand nous étions plus jeune, il n’y avait pas toute cette connaissance de stratégie, explique van den Eynde, qui était encore d’âge cadet lors de sa première victoire en Abitibi. C’était plus à la pédale. Tu attaquais, tu contre-attaquais, il y avait moins de systèmes organisés. Ç’a beaucoup évolué et c’est devenu un mini Tour de France. Pas au niveau de la qualité des parcours, mais à cause du genre de stratégie qu’on retrouve». Cette année, il épaule Pascal Choquette à la barre d’Équipe Québec.

Credit photo : Vincent Drouin – VeloGazette.ca

« Je crois que nos Québécois doivent apprendre à courir plus agressivement dans des épreuves internationales comme celle-là. Nos coureurs ont été beaucoup plus actifs dans les dernières étapes. Ils ont appris à davantage faire leur place. À ce niveau, je suis particulièrement satisfait de la dernière étape» a conclut Pascal Choquette.

Credit photo : Vincent Drouin – VeloGazette.ca

Onzième au terme de la série d’épreuves présentée dans le cadre du 50e Tour de l’Abitibi, Robin Plamondon (équipe nationale) a signé la meilleure performance québécoise.

Val-d’Or, QC – Le 50e Tour de l’Abitibi s’est conclu dimanche, où Riley Pickrell d’Équipe Canada a remporté une troisième étape en plus de prendre le maillot aux points. Riley Sheehan de l’équipe des États-Unis a pris le maillot de meneur et est devenu le 4e coureur de l’histoire du Tour à remporter le maillot brun deux années d’affilée.

Credit photo : Vincent Drouin – VeloGazette.ca

«C’est beaucoup plus gros que ce que j’avais anticipé» a admis Pickrell. «Le niveau de compétition est très élevé et je n’arrive toujours pas à croire que j’ai remporté trois étapes. Le Tour est incroyable, c’est clairement ma course par étapes préférée puisque l’esprit sportif est vraiment au rendez-vous. J’étais souvent étonné de la vitesse que le peloton atteignait pendant les courses.»

L’équipe a été dirigée par Scott McFarlane de l’équipe professionnelle de développement Silber Pro Cycling pour les cinq premières étapes, alors que le gérant du programme route chez Cyclisme Canada, Kevin Field, a pris la relève pour les deux étapes ultimes.

Credit photo : Vincent Drouin – VeloGazette.ca

«Le Tour de l’Abitibi a été un succès pour Équipe Canada avec trois victoires d’étape et le maillot aux points» a déclaré McFarlane, qui assistait à la course pour la première fois. «Nous avons également réussi à accumuler 38 points de Coupe des Nations. Riley a démontré qu’il est capable de gagner au niveau international après avoir dominé dans les sprints. Au niveau du classement général, nous avions ciblé un top 5 pour Carson Miles lors du contre-la-montre, mais il a malheureusement chuté. Je crois qu’une meilleure préparation pour le CLM peut définitivement aider l’équipe à mieux se positionner dans le classement, et c’est très faisable avec le talent que nous avons au Canada.»

«C’était vraiment spécial d’être ici pour la 50e édition et de voir les États-Unis écrire une nouvelle page dans l’histoire du Tour. C’est une course essentielle pour le développement de nos coureurs et le fait d’avoir trois coureurs de première année nous montre à quel point nous avons du potentiel. Merci à Scott McFarlane de Silber qui a dirigé l’équipe tout au long de la semaine» a souligné Kevin Field.

Credit photo : Vincent Drouin – VeloGazette.ca

 

SOURCES: Michel Lamarche, la presse canadienne, lundi 16 juillet
cyclismecanada.ca/sport/route
fqsc.net/route/nouvelles/robin-plamondon-conclut-le-tour-au-11e-rang

 

S'abonner
I agree to have my personal information transfered to MailChimp ( more information )
Recevez le magazine par courriel
Bonne lecture !