Après une superbe avant-midi en station, j’ai décidé de troquer mes skis pour mon équipement de randonnée alpine. J’avais un certain besoin de calme et je décide donc de gravir le sentier nord-sud au lieu d’emprunter la Beauchemin. J’avais eu la chance de faire le sentier en raquette à la fin décembre mais c’était ma première expérience en rando alpine dans cette piste. Le sentier est très fréquenté et donc très plat.  Voici le récit d’une escapade de près de 6,5 km menant au sommet. Le départ offre déjà un magnifique paysage.

Les indications sont très claires pour le sentier.

Une carte est également disponible afin de vous guider dans votre escapade.

Les décors sont féeriques.  Cela rend l’effort agréable.

La montée est constante, rien de prononcée et après 3,6 km d’effort on arrive à une jonction.  Il faut prendre une décision.

Si vous poursuivez votre chemin sur le même sentier cela va vous conduire à la base du versant soleil ou le choix de monter par la piste Algonquin.   Je décide d’aller directement  vers le sommet.  Je n’avais jamais expérimenté cette montée en randonnée alpine.  Je vous fais une mise en garde pour cette jonction de la piste Grand-Nord.  Le sentier est plus technique, plus escarpé, présence de glace également.  C’est tout un contraste avec le début du sentier.

Vous arrivez à une autre jonction.  C’est le sentier du Timber.  Cette partie devant vous nécessite l’usage de crampon car il faut gravir le dénivelé qui est composé de glace et de débris de bois .

Par contre, une option s’offre à vous et c’est de contourner le monticule.  Face à ce dernier, vous prenez à votre droite.  Encore une fois, je tiens à vous informer que la montée est technique, qu’il y a des obstacles à contourner.  Je ne crois pas que le sentier est pour un débutant mais bien pour une personne avec une certaine expérience.  Par contre, l’aventure en vaut la peine.  Les paysages sont incroyables.

Une fois le champ de glace passé, le sentier s’ouvre à vous.  Il y a plusieurs petites descentes techniques et il faut être vigilant.

La montée se déroule rondement et on accumule les mètres dans les jambes.  Encore une fois le sentier offre des défis très intéressants.  L’achalandage dans les montées  a rendu les surfaces glacées et il nécessaire d’emprunter les sentiers secondaires.  Après un bon effort, on arrive à la dernière jonction.  Le sentier est fermé.

Pour l’avoir emprunté en raquette vers la fin décembre, c’est vraiment pas adapté à la randonnée alpine.  Le sentier nous conduit dans la piste Algonquin.  On termine donc la montée dans la piste de ski.  Les conditions sont encore dans le brouillard mais ça change rien à l’effort que l’on vient de faire.

La distance totale selon mon GPS est de 6,56 km de montée.  Mon résumé du sentier est que  le début est vraiment facile et relax. Le sentier Grand-Nord offre un certain défis.  Face au monticule, vous devez prendre une décision.  Gravir le monticule nécessite une vigilance extrême et même des crampons. L’option d’aller vers votre droite est la plus judicieuse mais il y a des parties techniques.

bonne rando à tous.