Bonjour les skieurs,

Journée blanche ou jour blanc ? Oui, c’est bien l’expression d’ici pour décrire ces conditions météo où le temps est couvert, qu’il y a soit du brouillard ou de la neige, et que le ciel et la terre ne font qu’un… Dans ces conditions il peut devenir difficile de distinguer les contrastes ainsi que le relief du terrain. Lorsqu’il n’y a pas de végétation, comme c’est le cas ici à plus de 2 500 mètres d’altitude, les pistes étant tracées sur le grand manteau blanc de la montagne plutôt qu’à travers la forêt comme au Canada, et bien trouver son chemin s’avère plus ardu.

Mais c’est une bonne nouvelle, parce que cela signifie que nous aurons de la belle neige poudreuse demain. Et c’est justement en espérant ces conditions féériques et si particulières de Champaine Powder que nous décidons tous de traverser l’Atlantique pour venir skier en Savoie. Alors courage et go, on skie même si c’est difficile!

Il reste que c’est dans ces conditions que les balises de bord de pistes deviennent extrêmement utiles et comme en navigation, il y a un code à comprendre. Les balises avec un bout orange fluorescent indiquent la droite quand vous descendez. En bateau, comme mon père m’a bien enseigné, on dit Red Right Return. Et bien c’est la même chose: la rouge à droite au retour vers le bas de la piste.

Nous avons commencé la sortie d’aujourd’hui, notre deuxième journée à Val Thorens, avec un peu de retard parce qu’on semble encore ressentir légèrement le changement d’horaire depuis notre arrivée. L’air ambiant est aussi très sec en altitude et le sommeil fut moins bon au cours des deux dernières nuits. Quoiqu’il en soit, nous sommes partis skier pour une première montée vers 10:00 am dans la chaise Plein Sud, tout près de notre hôtel Altapura, ce qui nous amène juste en haut de La Folie Douce,  ce bar techno sur piste qu’il faut visiter pour comprendre comment les européens ont le sens de la fête.

Ce matin nous avons 15 cm de belle neige fraîche, et ce n’est vraiment qu’un début car ça tombe encore très fort. De plus, les vents font très bien sentir leur présence… On indique des rafales de 70km/h sur l’application météo de la station mais certaines pointes nous apparaissent encore plus élevées. Presqu’un vent canadien du Grand Nord!  Plus la matinée passe, plus les conditions semblent s’intensifier. Ça promet pour demain, mais il faut passer à travers une vraie journée d’hiver.

Les accès vers le Domaine des 3 Vallées sont tous fermés aujourd’hui. Et si on s’y aventurait, même avec des peaux, on risquerait fort de ne pas pouvoir revenir avec les remontées mécaniques des autres stations. Les deux remontées 3 Vallées vers le Col de la Chambre, autant la chaise quadruple que la télécabine, sont fermées pour la journée. Trop de neige, aucune visibilité, et surtout beaucoup trop de vent…

Quand on regarde la carte interactive au sommet de la chaise Pionniers, on voit qu’une bonne portion de la montagne est fermée temporairement pour cause météo. Mais c’est une bonne nouvelle, ne l’oublions pas.  Nous recevons une belle grosse bordée de neige, qui devrait nous amener à jeudi avec une journée clémente et ensoleillée de deep powder. Peut-on demander davantage pour ses vacances ?

Nous avons fait des pistes plus douces dans les circonstances, dont la Corniche à partir de la montée Pionniers ce qui nous a amenés vers la chaise des 2 Lacs qui était alors fermée. Vers midi, devant les conditions qui s’intensifiaient et le peu de visibilité, nous avons dû nous résigner à retourner vers l’hôtel pour prendre une pause, en espérant que ça passe et que nous puissions retourner skier en après-midi.

Durant notre dernière montée vers l’hôtel, dans la chaise Plein Sud, le vent était tel que les opérateurs ont dû arrêter la chaise plusieurs minutes, juste au-dessus du Club Med. La perspective de passer l’après-midi suspendus au vent ne nous plaisait pas beaucoup mais tout est finalement reparti. C’est pratiquement toute la montagne qui prenait une pause pour la journée. Nous avions donc pris la bonne décision et espérons que le temps se calme.

Plus tard depuis ma fenêtre je voyais un peu d’activité sur la montagne et n’écoutant que mon courage (et mon envie folle de skier…), j’ai décidé d’aller voir de plus près. À mon plus grand bonheur, les montées du centre étaient presque toutes en opération même si la chaise Plein Sud était restée immobilisée. J’ai pu faire quatre ou cinq descentes supplémentaires jusqu’à 16 :00 en utilisant surtout la remontée Pionniers, mais aussi le Funitel de Peclet qui nous amenait progressivement dans un épais brouillard au sommet des pistes Béranger et Lac Blanc. Mais quand on est motivé, … on est motivé! C’était très plaisant et je finissais la journée du bon pied.

Mais comme je dis souvent, il ne faut pas faire d’une bonne nouvelle une mauvaise nouvelle. Certes, les conditions ont été difficiles toute la journée en ce jour blanc, mais on a enfin de la grosse neige. Alors quel est le problème ?

Après un petit tour dans la piscine et dans les saunas du spa de l’Altapura jusqu’en début de soirée, nous avons eu le bonheur de prendre un autre souper mémorable à une adresse qu’il vous faut absolument noter pour votre prochaine visite à Val Thorens. Le restaurant La Maison mérite définitivement le détour, et nous y avons passé un moment magique en dégustant une épaule de veau succulente et un bon vin.

Maintenant allons se reposer pour être en forme pour affronter la poudreuse profonde qui nous attend.

Bon ski encore et… à demain !

 

Hélène Racine et Philippe Laporte

Reporters – Ski Média